Les enjeux de la labellisation

Les enjeux de la labellisation

L’écoquartier de l’Arsenal s’est fixé d’ambitieux objectifs environnementaux dans 5 domaines :
les déplacements, la qualité de vie, les consommations énergétiques,
la préservation des ressources en eau et les déchets.
La labellisation vient couronner ces engagements pour un cadre de vie plus vert.

Les 3 labels de l’Arsenal :

Le label ÉcoQuartier

La labellisation écoquartier est issue d’une volonté municipale forte. Depuis décembre 2014, la ville de Rueil-Malmaison est engagée dans un processus de labellisation de l’écoquartier de L’Arsenal. C’est ainsi que de sa conception à sa réalisation, le projet est évalué à chaque étape par le Ministère de la Cohésion des territoires.

Une labellisation en 4 étapes :

etape_1

ÉTAPE 1
lancement du projet

Signature de la Charte
écoquartier par le Maire
le 23 décembre 2014.

etape_2

ÉTAPE 2
le projet est en chantier

Décerné à la Ville
le 8 décembre 2016 par
le Ministère le Ministère
de la Cohésion des territoires.
Le projet est suivi pendant
les travaux.

etape_3

ÉTAPE 3
le projet est réalisé

Labellisation effective une fois L’Arsenal livré.

etape_4

ÉTAPE 4
l’écoquartier vit

Confirmation du label
écoquartier 3 ans
après son obtention

Le label « Ville de demain »

Le 5 février 2016, le projet a reçu le label « Ville de demain », un prix décerné par la préfecture de la Région Île-de-France, en partenariat avec le Ministère du Développement durable et de l’Urbanisme, le Commissariat Général à l’Investissement, la Caisse des Dépôts et Consignations et l’ADEME. Ce label récompense des projets innovants et démonstrateurs d’un nouveau modèle urbain.

Le label « 100 quartiers innovants et écologiques »

Le 16 novembre 2016, le projet a reçu le label « 100 quartiers innovants et écologiques », un prix délivré par la Préfecture de la Région Île-de-France. Concrètement, il s’agit d’une aide régionale accordée à 100 projets sur le territoire francilien, afin d’encourager l’aménagement de quartiers exemplaires en matière de qualité de vie.

Gestion des énergies et des déchets : un écoquartier à la pointe de l’innovation

La Ville de Rueil-Malmaison a décidé d’opter pour des techniques de gestion des énergies et des déchets modernes.
Tour d’horizon de ces innovations respectueuses de l’environnement.

La déperdition d’énergies :
l’efficacité énergétique
grâce à l’isolation

Les déperditions d’énergies sont nombreuses dans
une maison : 30% s’échappent par le toit, 20%
par le renouvellement de l’air, 16% par les sols,
16% par les murs, 13% par les portes et fenêtres
et 5% par les ponts thermiques
(garage par exemple). Les promoteurs
et les bailleurs sociaux de l’écoquartier de
L’Arsenal se sont engagés à prévoir une isolation
optimale des habitations, afin de garantir
l’efficacité énergétique de chaque bâtiment.

Le réseau de chaleur :
un système de chauffage
pour tous

La Ville a fait le choix d’un réseau de chaleur
avec une gestion pilotée pour une plus grande
solidarité.
Des chaudières à gaz seront, par ailleurs,
implantées dès la première phase de construction.

La thermographie :
la technologie infrarouge
pour la sécurité des habitants

La thermographie est une technologie permettant
de détecter les défauts d’isolation des bâtiments
et ainsi de pointer les améliorations à apporter
à la performance thermique des bâtiments.
Pour les constructions existantes, la Ville de
Rueil-Malmaison souhaite sensibiliser
les propriétaires et les inciter à des diagnostics,
comme la thermographie, en vue de mieux isoler
les bâtiments.

La gestion intelligente
des déchets

Parmi les modalités de collecte des déchets,
l’écoquartier de L’Arsenal prévoit la mise en place
de conteneurs enterrés en bas des immeubles.
Discrets et écologiques, ils sont de plus en plus
plébiscités par les municipalités qui y gagnent en
sécurité, hygiène et moindres nuisances de
circulation de camions. Un dispositif est
également à l’étude pour améliorer les conditions
du recyclage, ainsi que la sensibilisation des
habitants du quartier pour réduire leurs déchets.
L’étude réalisée pour un réseau de collecte
pneumatique a mis en avant des coûts
d’investissement et de fonctionnements trop
élevés. Ce dispositif a donc été écarté.

La gestion des eaux

Situé à proximité d’une boucle de la Seine, le site
de L’Arsenal possède des zones d’eau souterraines
entre 6 et 18 mètres de profondeur.
La construction de l’écoquartier prévoit
de réhabiliter l’ensemble des réseaux d’eaux usées
et d’assainissement, dans le périmètre.
En parallèle, un système efficace de gestion
et de réutilisation des eaux pluviales est prévu
(arrosage, sanitaire, nettoyage), ainsi qu’une
réflexion plus globale sur le parcours de l’eau
et son intégration au paysage.

Construire le bâtiment
de demain

Le futur écoquartier de L’Arsenal impose pour
toute construction neuve une performance
énergétique a minima équivalente à la
Règlementation Thermique 2012 – 20%.
Cela signifie que les constructeurs devront
dépasser la réglementation nationale en vigueur,
dans la mesure où le Bbio (besoin bioclimatique)
est une exigence de la RT 2012 qui valorise
la conception bioclimatique du bâtiment pour
en limiter les besoins. Avec des compléments
d’innovations, certains bâtiments atteindront
des labels plus performants encore, voire de
l’énergie positive (Bepos).

Née du Grenelle de l’Environnement et entrée en vigueur au 1er janvier 2013, la RT 2012 vise à encadrer les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment, réduire par 3 la consommation énergétique
des bâtiments neufs, et encourager la création de bâtiments basse consommation (BBC), pour arriver en 2020 à construire
des bâtiments à énergie positive (Bepos)

D’après les objectifs fixés par le Grenelle, près de 6 millions de Bepos devraient être réalisés à l’horizon 2050,
soit une moyenne de 200 000 constructions par an à partir de 2020.